Projet de loi en faveur de l’OA au Mexique

Open/Close by Avelino Maestas (CC-BY-NC-SA)
Open/Close by Avelino Maestas (CC-BY-NC-SA)

La sénatrice Ana Lilia Herrera Anzaldo a déposé il y a quelques semaines une proposition de loi pour que les publications scientifiques financées totalement ou partiellement sur fonds publics mexicains soient disponibles en accès ouvert, sans embargo. Le texte pose l’accès ouvert comme base de la communication scientifique : l’objectif est de maximiser la diffusion des connaissances, il est donc ouvert au dépôt dans les archives ouvertes comme à la publication dans des revues en open access.
La proposition appuie la création de portails d’accès à l’information publique et la promotion des usages dans les bibliothèques publiques, et la création de bibliothèques numériques dans les universités et centres de recherche donnant accès aux contenus financés par les contribuables. Elle pousse à la coopération entre le secteur public et le secteur privé pour améliorer l’accès aux données et l’interopérabilité, et encourage le développement de partenariats avec des « réseaux internationaux de publications en libre accès » (on pense à Redalyc, mais le texte est ouvert) ; la proposition compte également sur la sensibilisation des étudiants mexicains à l’étranger.
L’initiative est relayée sur Twitter avec le hashtag #MéxicoEnAccesoAbierto.
L’open access au Mexique, ce sont 126 revues dans le DOAJ, et plus de 20 archives recensées dans DOAR et ROAR.


2 réflexions au sujet de « Projet de loi en faveur de l’OA au Mexique »

  1. Bonne initiative, seulement pour diffuser les savoirs, encore faut-il que les étudiants puissent se connecter facilement. Ce n’est pas encore le cas vu le pourcentage de la population mexicaine ayant internet à la maison, mais les choses changent, et on peut espérer que da.ns 3/4 ans, une très grosse majorité des foyers mexicains aient internet.

    1. Même si Internet n’est pas universellement accessible, il reste largement plus accessible que les librairies et les bibliothèques. Par ailleurs, les cybercafés permettent d’avoir accès à Internet dans un très grand nombre de lieux de la planète. Cela signifie que l’accès au web est largement plus démocratique que l’accès au livre, qui plus est lorsqu’il est spécialisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *